Conférence
en cours de
programmation
Colloque
en cours de
programmation
Conférences
en
video
Le Visiteur
revue critique
d’architecture
Le dernier
bulletin
de la SFA

Prix Henry Jacques Le Même
Mahendra Raj
structure et architecture de Le Corbusier à aujourd’hui
vendredi 7 décembre 2012 à 20h



Mahendra Raj a commencé sa carrière d’ingénieur en 1952, au service du gouvernement du Pendjab, quand il conçoit les structures de la Haute Cour de Chandigarh, puis du Secrétariat ; son travail avec Le Corbusier, d’abord conflictuel, puis pacifié, a permis de concilier la logique des formes architecturales – les colonnes, les toits en porte-à-faux, les brise-soleil, les rampes suspendues – et celle de la structure. Il rejoint ensuite le bureau Ammann & Whitney à New York et travaille notamment sur des projets de Harrison & Abramovitz, Eero Saarinen ou Kevin Roche. De retour en Inde, il s’installe à son compte en 1960. C’est à cette époque que de jeunes architectes comme B.V. Doshi, Charles Correa, A.P. Kanvinde, Raj Rewal, Kuldip Singh reviennent en Inde après leurs études à l’étranger : autant d’architectes avec lesquels il travaille, au service des projets qui fondent la modernité en Inde. En 1962, il est l’ingénieur du projet de l’Institut de gestion d’Ahmedabad pour Louis Kahn. C’est à cette occasion qu’il résoudra le conflit entre le souhait de Kahn de travailler la brique et les grandes portées qu’exige le programme. Soixante ans après, son aventure professionnelle continue avec la jeune génération des architectes indiens : Stéphane Paumier, Deb Guha, son fils Rohit et sa belle-fille Vandini. La relation entre structure et architecture est à la fois étroite et énigmatique ; après des moments de frustration, elle offre aussi l’exaltation que procurent les réalisations, une fois examinée la multiplicité des solutions possibles. Elle aide à abandonner tout a priori dans le travail de la forme : dans le travail de Mahendra Raj, la construction de la forme participe du projet architectural.