La Cité au XXIème siècle

La crise de la démocratie représentative nous conduit souvent à convoquer la notion de cité, comme s’il fallait rappeler les origines de nos civilisations pour en conjurer les dérives. Cette notion qui associe l’ordre politique à l’ordre urbain, si elle a encore un sens, est mise à rude épreuve. Que devient-elle à l’ère des réseaux sociaux, de la mondialisation, de la financiarisation, de la surveillance numérique et de l’érosion des libertés ? Appartient-elle au passé, ou peut-elle encore définir un projet de société urbaine et démocratique à l’heure des métropoles surpeuplées et des directives sécuritaires, auxquelles s’est ajoutée récemment la « distanciation sociale » imposée par la pandémie ? De quelle citoyenneté avons-nous pris le chemin, à notre insu, en laissant s’installer nos nouvelles habitudes, où les techniques facilitent la commande d’une course, d’un repas ou d’un objet qui sera livré le lendemain, au prix d’une profonde remise en question des équilibres sociaux, écologiques et économiques ? Née avec le débat public dans l’agora, la cité peut-elle trouver aujourd’hui un espace démocratique où la parole de tous peut être entendue ? La plupart des lieux urbains imaginés au XXe siècle, qu’ils soient progressistes ou historicistes, n’ont pas intégré un espace public pour la parole. Les visions des Modernes (Broadacre City, Plan Voisin) dont se sont inspirées les opérations sur dalle (le Front de Seine), les tentatives postmodernes (Euralille), les réactions passéistes (New Urbanism) et, plus récemment, le libéralisme débridé des nouveaux quartiers aux allures de catalogues, ont un point commun : il y manque quelque chose qui fait le citoyen. De quelle réalité politique et sociale ce manque est-il le symptôme ? L’intérêt général et la perspective à long terme sont-ils possibles dans les conditions actuelles du financement, ou le destin de nos villes est-il irrévocablement soumis aux lois du marché, conduisant l’action publique à dissimuler des opérations juxtaposant des intérêts privés derrière d’habiles slogans promettant de « réinventer » la cité ? Le titre de ce colloque soulève bien d’autres questions encore, susceptibles de réunir des architectes, juristes, philosophes et historiens.   organisé en partenariat avec le CNRS (GDRI « Savoirs artistiques et traités d’art ») Entrée Libre et gratuite  

Contact

247, rue Saint Jacques 75005 France
33(0)1 56 81 10 25
33(0)1 56 81 10 26
contact@sfarchi.org
https://sfarchi.org

Mentions légales